La jetée du Large

La jetée du Large

On voulait pas bosser
Marcher au bout de la jetée
Celle des amants émus
Des marins disparus

On regardait Marseille
De la digue du Large
On regardait comme au réveil
Nos rêves d’un autre âge

On s’est laissé brûler
Alors on s’est assis
Ca sentait pas l’anis
Mais le coeur y était

De la digue du Large
On regardait Marseille
On regardait comme au réveil
Nos futurs sans âge.

On s’est laissé brûler
Alors on s’est assis
Ca sentait pas l’anis
Mais le coeur y était

This entry was posted in My Zic, TextOnly. Bookmark the permalink.

Leave a Reply